Publié dans Service presse

La Parthénogenèse – Anne-Laure Julien

Afin de rendre mes chroniques toujours plus précises, j’ai décidé de créer un barème sur 100 points (merci les précieux conseils de Tata Nexua !) afin de te donner une note précise. Tu peux retrouver la liste de mes différents critères ici.

Alors oui, le Feel-Good c’est plein de beaux mots, de beaux sentiments. Ça remplit notre petit coeur d’une boule d’amour, de joie ou encore tout simplement de bonheur. Ou alors, ça nous booste parce que c’est cash, cru mais tellement bon ! Et oui, tu l’auras compris, aujourd’hui on va peut-être parler Feel-Good, mais certainement pas faire dans le sentimentalisme.


Style : Humour / Contemporain / Feel-Good

Date de publication : 2019

Points barème : 91.5/100

Note : 4.5 sur 5.

DE QUOI ÇA PARLE ?

Parthénogenèse : Reproduction sans intervention d’un mâle dans une espèce, caractérisée par l’existence des deux sexes (Source : Larousse)

Sophie est une mère célibataire, mais pire encore, elle a osé faire un bébé toute seule ! Deux pour être exact. Alors forcément, une femme seule qui s’assume et revendique sa sexualité, ça fait criser dans les chaumières. Ajoute à ça un été caniculaire et des amants sous la fenêtre et tu auras de quoi te divertir toutes les vacances scolaires !

Plonge avec Sophie dans sa vie de famille atypique et découvre ce bout de femme pour le moins décapant…

QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure pour sa confiance et l’envoi de son roman.

Le premier regard (11 points sur 15)

Bon, alors commençons comme toujours par le visuel. On a beau dire ce qu’on veut, le physique, ça compte. Ici, la couverture est simple mais très efficace. Je trouve qu’elle correspond parfaitement au style du roman : on ne s’embête pas avec le superflu, on est direct, cash, sans artifice. Bref, un sans faute ici.

Par contre, on ne retrouve pas forcément ce côté minimaliste dans le résumé. Je l’ai trouvé peut-être un peu long et un peu trop sérieux par rapport au style du roman. L’auteure a une plume drôle, cynique et mordante que l’on ne retrouve pas forcément sur la quatrième de couverture et je trouve ça dommage. Je dirais que le résumé ne met pas forcément le livre en valeur.

PS : Comme toujours, le résumé que tu trouves au début de mon article est un fait-maison. Si tu veux voir le résumé originel, je t’invite à te rendre sur sa page Babelio par exemple.

Autre petit point qui touche cette fois la mise en page : Dans ma version papier, les paragraphes sont parfois un peu longs et surtout, il n’y a pas d’alinéa. En soi, ça change rien au texte, mais ça m’a parfois un peu essoufflée pendant ma lecture.

Bon, j’espère que tu as bien intégré ces petits points négatifs, parce que maintenant, on va partir sur un éloge. Ouais, parce que j’ai bien cherché, mais j’ai rien trouvé d’autre à reprocher à ce roman. Donc on est parti pour les compliments !

Ma lecture (65,5 points sur 70)

L’univers

L’auteure a réussi un exploit et pas des moindres : Nous offrir un vrai univers complet et détaillé alors qu’il s’agit d’un roman contemporain. Bah oui, dans un fantastique ou un fantasy, l’univers, c’est l’élément central du bouquin et l’auteur le développe au maximum. Mais dans la littérature blanche ou le Feel-Good, l’attente du lecteur n’est pas la même et du coup, l’univers passe au second plan. Pas ici ! Pas tant que vivra Anne-Laure Julien !

Elle a vraiment réussi à me transporter au sein de la famille de Sophie et finalement c’est ce cadre familiale et relationnel qui vient te former un univers à part. Ajoute à cela la période des vacances scolaires, et on a vraiment l’impression d’être isolé dans la bulle sociale de Sophie. Alors je sais que ce n’est pas un univers fantasy mais pourtant, c’est un vrai petit monde qu’elle nous a construit là.

En fait, on rentre vraiment dans l’intimité de Sophie. On n’a pas l’impression de découvrir ses proches, mais plutôt de faire partie de ce cercle intime. On n’assiste pas seulement aux repas de famille, on y participe.

Des personnages authentiques

La force de ce roman c’est sa sincérité, mais surtout son côté brut de décoffrage. On n’est sur un milieu sociale assez rustique parfois et très vite on comprend qu’il n’y aura aucune paillette et aucun artifice pour nous donner le change.

Il y a beaucoup de personnages dans ce roman et j’avoue que parfois je m’y perdais mais l’auteure a si bien détaillé le caractère de ses personnages que finalement tu retrouves assez vite qui est qui. Chacun a ses qualités et ses défauts.

L’héroïne n’est pas sensuelle et raffinée. Elle fume, elle boit quand elle sort, elle baise, elle jure… Bref, elle est nature peinture et c’est tellement rafraichissant. Elle s’assume, se revendique et c’est un gros plus. Elle dit tout ce qu’elle pense, absolument tout et sans y aller par quatre chemins.

Sexiste, et alors ?

Alors, forcément, je n’étais pas toujours d’accord avec sa façon de voir, parce qu’il faut le dire, elle est parfois un peu (un peu ???) sexiste. Mais envers les hommes ! Et elle le revendique. Alors, forcément, elle ne m’a pas convaincue avec ses arguments, mais au lieu de m’agacer comme l’aurait fait un autre personnage sexiste, elle m’a amusé. Parce que lorsqu’elle explique son raisonnement, ce n’est pas pour convaincre ou pour dire qu’elle a raison, c’est juste pour expliquer son point de vue.

Sophie a une vie très loin de celle qu’on montre habituellement dans les romans. Elle a le statut de la maîtresse, celle qu’on traite de salope et c’est ça aussi la force du récit. On se trouve un peu de l’autre côté du mur et ce personnage vient offrir une voix à des femmes qu’on méprise trop souvent, à tort. Loin d’être moralisateur ou accusateur, ce roman vient finalement t’expliquer une vision qu’on préfère rejeter sans chercher à la comprendre.

La plume de l’auteure

Ça a été très dur pour moi de choisir une citation. Tout le roman est bourré de punchlines toutes aussi géniales les unes que les autres. J’avais envie de toutes te les partager (et je dois t’avouer que mon compagnon a dû souffrir pendant ma lecture. J’allais le déranger toutes les secondes pour lui lire un nouvel extrait).

L’écriture est très fluide et surtout, on est assez proche d’un style de narration parlé, ce qui augmente l’effet bonne franquette du roman… Ouais, c’est ça ! C’est un roman à l’effet « Bonne franquette ». (Viens on crée ce registre littéraire.)

Et finalement, il y avait une intrigue !

Au début, je pensais qu’il ne s’agissait plus ou moins que d’une suite d’anecdotes. Alors, c’était sympa à lire, mais ça n’en aurait pas fait LE livre du siècle. Et puis, finalement, au fur et à mesure de ma lecture, je me suis rendue compte que chaque anecdote avait sa place dans le récit et qu’il y avait bien un fil rouge dans ce roman. C’est vraiment très bien fait. Ce n’est qu’à la fin, lorsque l’on a tout le tableau devant les yeux qu’on comprend l’importance des détails.

l’après-lecture (15 points sur 15)

C’est mordant, c’est cash, c’est drôle à un point que tu n’imagines même pas ! C’est très décalé et comme toute friandise au goût très prononcé, j’avais peur d’être vite écœurée par ce « trop ». Laisse-moi te dire que j’attends toujours l’écœurement, parce que je ne l’ai pas ressenti une seule seconde !

Et tu sais quoi ? Je suis même à deux doigts d’en redemander une double ration !


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

Oui, grosse pépite ! Alors, par contre, je ne le recommande pas à tous. Si tu es facilement choqué par un vilain mot dit de travers, si pour toi le mariage est sacro-saint et qu’il ne faut pas y toucher… Tu risques de grincer des dents. Mais moi, justement, j’adore tout ce qui peut déranger et bousculer alors j’ai adoré ce roman.

Si comme moi, tu aimes quand on brise les tabous et qu’on appuie là où ça fait mal, fonce le lire ! C’est vraiment un livre qui pète et qui change de ce que l’on voit habituellement. Si tu recherches un roman atypique, tu l’as !


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Tu peux te le fournir sur le site de la maison d’édition ou encore chez ton libraire préféré comme le souligne si bien l’auteure en commentaire !

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. N’hésite pas à laisser ton avis sur la question. Si tu veux que j’aborde un sujet particulier, note-le en commentaire et je me ferais un plaisir d’en faire un article. À bientôt pour une prochaine lecture !

Un commentaire sur « La Parthénogenèse – Anne-Laure Julien »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *