Barème de notation

Afin de rendre mes chroniques toujours plus précises, j’ai décidé de créer un barème sur 100 points (merci les précieux conseils de Tata Nexua !) et de te donner une note précise.

Pour cela, j’ai divisé mon barème en trois parties :

LE PREMIER REGARD : Car, on a beau dire ce que l’on veut, on jugera toujours un livre à sa couverture, mais pas que. Le résumé, la mise en page sont aussi primordiaux lors du choix de notre roman.

MA LECTURE : Bon, là, c’est clairement le point qui intéresse le plus les lecteurs. Est-ce un bon roman (à mes yeux, car les goûts et les couleurs !) ? Alors, si tu me suis depuis un bout de temps, tu sais que je n’aime pas dire qu’un roman est bon ou mauvais. Si l’auteur a décidé que son manuscrit était prêt, c’est forcément qu’il correspond à une catégorie de personnes. Ainsi, mon expérience lecture est influencée par mes goûts, mes habitudes de lecture, mais même aussi d’autres éléments externes tels que mon humeur du moment ou le contexte de lecture. C’est pour cela que je tiens à détailler au mieux mon expérience, afin que tu comprennes mon avis. Ce n’est pas parce que j’ai adoré ou moins aimé un roman qu’il en sera de même pour toi. Mes arguments doivent te permettre de comprendre l’expérience lecture et de savoir si elle te correspond ou non.

L’APRÈS LECTURE : Et oui ! Parce qu’un livre n’est pas une simple rencontre éphémère. Il doit nous laisser une marque, une trace que l’on chérira (ou pas !). Pour moi, ce qui se passe une fois la dernière page tournée est tout aussi important que la lecture. Je peux adorer l’intrigue d’un livre et pourtant ne pas l’apprécier tout simplement parce que je suis déçue par la fin ou que l’auteur n’a pas tenu ses promesses. Alors, cela vient gâcher toute l’expérience. Au contraire, certains romans peuvent paraitre tout à fait anodins, et pourtant nous laisser une marque au fer rouge une fois qu’on les a quittés…

MISE A JOUR : Suite à un retour d’un auteur, je précise que ce barème a été établi en collaboration avec d’autres auteurs et chroniqueurs afin de correspondre aux besoins des LECTEURS. Cette technique est utilisée par de nombreux chroniqueurs mais également par des maisons d’édition.

De plus, une chronique sert à mettre en avant le roman et lui permettre de rencontrer son public cible. Mentir sur mon avis pour faire une fleur à l’auteur est contre-productif pour lui, mais également pour moi. Je serai toujours sincère dans mes chroniques et qu’importe les retours que cela provoque.