Brigades du réveil – Sealeha

Afin de rendre mes chroniques toujours plus précises, j’ai décidé de créer un barème sur 100 points (merci les supers conseils de Tata Nexua !) afin de te donner une note plus détaillée. Tu peux retrouver la liste de mes différents critères ici.

Je sais, je sais, avec covidou et tout ce qui se passe en ce moment, on a un peu l’impression de vivre dans une dystopie depuis bientôt un an et demi (j’ai pas osé arrondir à deux ans, j’avais peur de te démoraliser !), mais ça n’empêche pas d’en lire quand même pour s’évader, non ?


Style : Cyberpunk/ dystopie

Date de publication : 2021

Points barème : 80,5/100


DE QUOI ÇA PARLE ?

Imagine un monde futuriste où l’Homme a (presque) réussi à déjouer la maladie, à créer de toute pièce sa consommation et répondre à tous les besoins de l’humanité. Un monde où tout n’est que paix et technologie. Il y a bien quelques Exclus qui vivent en dehors de la ville, mais qu’est-ce que le sacrifice d’une poignée au nom de la prospérité commune ?

Liah est une jeune scientifique à l’ambition débordante. Elle rêve de gravir les échelons de Syne Solutions et décrocher une place au sein de l’équipe la plus prestigieuse. Seulement, son quotidien va être chamboulé lorsqu’une mystérieuse drogue vient menacer l’équilibre de sa famille.

Elle est prête à tout pour sauver les siens. Vraiment tout. Même devenir la complice d’un organisme terroriste ? A toi de le découvrir !

QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure pour sa confiance.

Le premier regard (13,5 points sur 15)

La couverture déchire sa mère ! Bon, OK, là sur ma liseuse, ça lui rend pas franchement justice, mais en visuel elle est vraiment qualitative. On comprend direct où on met les pieds, c’est beau et puis j’ai même vu qu’il y avait une nouvelle en lien avec le même univers et dont la couverture était aussi raccord. Que demande le peuple ?

Pour le résumé, là je suis un peu plus mitigée. Tu peux le retrouver sur Babelio si tu veux comprendre, mais en gros, en le lisant, on s’attend bien à du cyberpunk, pas de problème là-dessus. Le truc, c’est qu’on s’attend à du bon gros cyberpunk ou biopunk. Genre le truc ultra calé et qui peut faire peur aux néophytes. Tu le verras dans la suite de ma chronique, mais au final, c’est pas du tout le cas ! C’est bien du cyberpunk, mais c’est vraiment abordable pour tout le monde.

Pour avoir moi-même lu Virtual Revolution 2046, je peux dire que Brigades du réveil est bien plus large public. Mais je mets la charrue avant les boeufs, là. Qu’est-ce que j’ai pensé de ma lecture ?

Ma lecture (56 points sur 70)

Un univers bien développé…

Déjà c’est une dystopie. Mais une vraie ! Non, parce que les bouquins qu’on te vend comme dystopiques et où tu te rends compte au bout de dix pages que c’est juste une excuse marketing, que le roman pourrait se passer en Tanzanie au XVème, ça serait la même… On les connait ! Non, là c’est une VRAIE de chez VRAIE dystopie !

La société évolue selon son époque, selon son Histoire, selon ses problématiques… Tout a été pensé et adapté. C’est très bien fait pour le coup. Pareil, on y retrouve un mode de consommation, des fêtes ou encore des partis politiques qui sont propres à la saga et c’est vraiment crédible.

Au fur et à mesure du roman, tu raccroches vite les wagons et tu vois clairement les différentes forces qui régissent ce monde.

… mais pas du tout complexe !

Alors, c’est ça ce que je te disais dans la partie sur le premier regard. Quand on te parle de cyberpunk, tu t’attends à un truc bien calé en SF, avec des termes ultra poussés et un univers tellement chéper que tu en développes un mal de crâne.

C’est pas le cas ici ! L’auteure a vraiment su très bien doser pour qu’on ait une illusion (qui n’est pas tant une illusion que ça !) d’un monde ultra complet et atypique MAIS accessible. T’as pas de pavé explicatif sur le pourquoi du comment ou sur l’utilisation de tel ou tel objet. Souvent, ces infos tu les glanes au détour d’un dialogue ou même carrément dans l’action et c’est méga cool.

Au final, le but de ce roman, c’est…

Assez parlé de l’univers ! Qu’en est-il de l’histoire en elle-même ? Clairement, le personnage de Liah, j’ai eu envie de la claquer tout le long, mais attention, c’est pas du tout négatif ! Au contraire. Liah représente la population aveugle qui suit tout ce que lui dit le gouvernement. Elle est née dans ce monde et ça lui parait normal. Elle fait pas du tout partie de la résistance. Alors oui, toi qui vis dans ton monde « normal », il y a des trucs qui te sautent aux yeux et tu as envie de lui dire « mais t’es con ou quoi ? Tu vois pas que ça pue ??? ».

Et en fait, c’est normal qu’elle « voit pas que ça pue », parce que c’est tout ce qu’elle connait ! Et c’est là que je trouve que c’est très bien fait. On est loin du stéréotype de l’héroïne qui, en dix pages, a ouvert les yeux et se lance dans la résistance, les seins à l’air telle la Liberté guidant le peuple ! Non, Liah elle a été formatée toute sa vie et ça existe pas le bouton « reboot » sur un humain, donc il lui faut le temps de se déconstruire.

Ce roman, c’est pas simplement une histoire de théorie du complot et de méchant vilain gouvernement pas beau. Non, c’est l’histoire d’une manipulation et de l’aveuglement de la population. C’est une ode à la liberté de penser et aux difficultés qu’on peut rencontrer pour se détacher d’une manipulation de masse.

L’après-lecture (11 points sur 15)

Alors, là j’ai été un peu vache niveau notation, mais je vais t’expliquer pourquoi.

A titre perso, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture et j’aurais mis un quasi sans-faute. Sauf que quand tu es chroniqueur on te demande pas si tu aimes ou pas (enfin un peu quand même…), on te demande si le public cible va aimer ou pas.

Pour moi, la façon dont c’est amené, on pourrait penser que le public cible est un féru de SF, un bon geek qui adore les dystopies futuristes à la Matrix et du coup ça fait peur à Monsieur tout-le-monde. Mais pas du tout. Un féru de SF cyberpunk pourrait même reprocher le côté + sociologique du roman que technologique.


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

C’est une pépite, c’est indéniable, MAIS, ça s’adresse pas forcément au public qu’on pourrait imaginer. C’est pas du young adult, c’est pas de la hard SF, c’est une bonne dystopie accessible à tous. Tiens, si tu as lu le cercle de Dave Eggers, tu dois savoir de quoi je parle. On est vraiment dans le même registre, je trouve !

Un premier tome super prometteur et qui donne envie de découvrir la suite !


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Comme toujours, je te mets le lien pour te fournir le roman sur Amazon. Tu peux également suivre l’auteure (fais-le !) sur son site ou sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram).

Et si tu succombes à ce roman, tu peux laisser ton avis sur Amazon, mais aussi sur Babelio. N’oublie pas, un commentaire, c’est un auteur et un lémurien sauvés !

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. À bientôt pour une prochaine lecture !

Le lien Amazon est affilié, ça me permet d’avoir une commission. En utilisant ce lien, tu soutiens mon travail et me permet de pouvoir investir dans de nouveaux projets !

Articles recommandés

3 commentaire

  1. Ho ! il donne bien envie celui-ci !

  2. Merci, mille merci pour ta chouette chronique ! Encore une fois bien écrite avec ton humour habituel, j’adore ^^

  3. Chouette chronique comme toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *