Publié dans Service presse

Pour solde de tout conte – Jocelyne Bacquet

Afin de rendre mes chroniques toujours plus précises, j’ai décidé de créer un barème sur 100 points (merci les supers conseils de Tata Nexua !) afin de te donner une note plus détaillée. Tu peux retrouver la liste de mes différents critères ici.

Il est temps de se retrouver pour la suite des aventures de Verney et Charcot. Comment ça, tu sais pas qui sont ces deux flics ? Toi, t’as raté ma chronique sur le premier opus de cette saga policière ! Pas grave, je ne t’en veux pas, on a chacun une vie mais… Tu loupes un truc !

PS : Ma touche « n » commence à souffrir très fortement. J’ai essayé de traquer tous les mots où elle m’avait fait défaut, mais tu n’es pas à l’abri d’un « n » manquant… Et j’ai pas encore assez de skill pour écrire un article sans la lettre « n » (c’est possible, ça ???)


Style : Policier / Polar humoristique

Date de publication : 2020

Points barème : 85,5/100


DE QUOI ÇA PARLE ?

Quand on te parle de tueur en série, tu penses forcément à un homme, un peu paumé, célibataire frustré qui tue avec une rage folle. Ouais, c’est pas mal, mais tu manques d’originalité ! Non, parce qu’ici, on a affaire à une mère de famille tout ce qu’il y a de plus banal !

Enfin… banal… si tu trouves que tuer des gens et maquiller la scène de crime en fonction d’un conte d’Andersen, c’est banal. C’est qu’elle aurait presque la fibre maternelle jusque dans le meurtre, notre madame !

Nos deux flics préférés arriveront-ils à l’arrêter à temps ? D’autant plus, qu’un jeu malsain semble s’être établi entre eux et la tueuse. Qui sortira gagnant ?

QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure pour sa confiance et l’envoi de son roman. Alors, ce n’est pas un service presse à proprement parler, mais ce n’est pas non plus un roman que j’ai acheté personnellement (même si je me suis promis d’acheter mes prochains bouquins de Jocelyne Bacquet puisqu’elle fait partie de ces auteurs que j’aime retrouver !). En réalité, suite à un concours Instagram, j’ai pu recevoir ce roman gratuitement. Bon, comme ça, tu connais tout des coulisses !

Le premier regard (13 points sur 15)

Jocelyne Bacquet et ses couvertures, c’est une grande histoire d’amour ! Pourquoi je te dis ça ? Eh bien parce qu’on en a vu des versions de couvertures pour ces petits bébés. D’ailleurs, la couverture de mon exemplaire n’est pas la version actuelle. Je te mets un petit visuel de la collection juste en dessous :

Alors, j’aimais bien celle d’avant, mais faut avouer que la nouvelle version t’offre une unité de dingue !

Ma lecture (59,5 points sur 70)

Une psychopathe. Et une !

Bon, déjà avec le premier opus, on avait compris que Jocelyne Bacquet aimait se mettre dans la tête des psychopathes et on en attendait pas moins venant d’elle, cette fois encore ! C’est réussi. Elle nous plonge une fois de plus dans le cerveau complètement fucked-up de « Marie », une mère de famille qui préfère le meurtre en série plutôt que le point de croix. Chacun sa passion, tu vas me dire !

Alors, ça pourrait avoir un petit goût de réchauffé, cette histoire. On reprend un schéma qui fonctionne, on enlève quelques attributs virils au tueur, on lui ajoute une paire de Louboutin et hop ! le tour est joué. Sauf que non !

Jocelyne Bacquet arrive, avec un même schéma, à se réinventer. Parce qu’il n’y a pas UN type de psychopathe et la différence entre le caractère de Ludovic et de Marie est vraiment importante. Marie est + froide, maitresse de ses émotions même s’il lui arrive de perdre son sang froid.

Même si elle peut sembler un peu bizarre pour certains, elle arrive plutôt bien à faire illusion, là où notre psychopathe du tome 1 n’était qu’un allumé fini !

Le jeu entre le chat et la souris

Le petit + dans cet opus, c’est également la relation qui se crée entre les flics et la tueuse. On assiste à un vrai jeu du chat et de la souris. Marie propose des énigmes à Verney et Charcot, ces derniers la manipulent en créant une dynamique gentil flic/méchant flic.

Finalement, très vite, on ne sait plus très bien qui se joue de qui et tour à tour, le traqueur devient le traqué. La dynamique est totalement différente de celle visible dans le premier opus. Encore une fois, Jocelyne Bacquet arrive à nous offrir une tout autre histoire et j’aime beaucoup cette petite originalité.

Très vite, on est incapable de savoir quel camp a le dessus sur l’autre. Qui a une longueur d’avance ? Qui domine la partie ? Ça, on ne le saura pas jusqu’aux dernières pages…

Les dialogues ! Non, mais mate-moi ces dialogues !

La vraie particularité de la plume de Jocelyne Bacquet, c’est bien sa façon d’écrire les dialogues. Encore une fois, on assiste à un vrai vaudeville et à des discussions totalement surréalistes compte tenu de la gravité des évènements.

Bien entendu, tu retrouves ces fameux biscuits, petit clin d’oeil au tome 1, mais ils passent en second plan. Non, ici, tu rentres + dans la vie intime des policiers et on se retrouve presque à parler poterie entre deux meurtres. Ouais, ça n’a strictement aucun intérêt pour l’intrigue, mais moi, ça me fait marrer ces dialogues ultra random en plein milieu d’un déferlement de violence.

Ça permet de souffler un petit peu, mine de rien. Et ça ajoute cette petite dose d’humour qu’on aime tant. Parce que là, Marie est bien + calme que notre précédent tueur. Donc tout l’humour qu’on pouvait tirer du grotesque de Ludovic, là, on oublie ! Et ce sont en grande partie ces dialogues qui te font sourire durant ta lecture.

Après, on va pas se mentir : ces dialogues sont assez atypiques. Dans le sens où ils sont parfois totalement random, mais pas que. La mise en page peut en dérouter certains. Un chapitre peut directement commencer sur un dialogue et tu n’as aucune idée de qui peuvent bien être les protagonistes !

Je sais que ça peut en freiner certains, moi, ça m’amuse !

L’après-lecture (13 points sur 15)

Encore une fois, ça m’a beaucoup plu de suivre les aventures de notre couple de flics. J’ai aimé l’humour noir et le sadisme de Marie, mais surtout ce petit jeu qu’elle met en place.

J’ai trouvé qu’il y avait peut-être un peu moins de cynisme et d’humour dans cet opus, mais en même temps, c’est vraiment dû au caractère de Marie qui est + posée et surtout moins risible que Ludovic. Et puis, il faut bien l’avouer, je me doutais un peu de la vraie identité de Marie, c’était légèrement prévisible. Ce qui ne l’était pas du tout, par contre, c’est twist de fin ! Alors, là, je ne l’avais pas senti et finalement, il est génial parce qu’il justifie tellement d’éléments !

Donc si l’identité de Marie n’est pas une vraie surprise, le petit mot de a fin, lui, risque de te laisser sur la bouche grande ouverte.


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

J’aime beaucoup cette saga ! Comme celle de la commissaire Bombardier, je pense que j’ai trouvé mes chouchous polars avec Jocelyne Bacquet. C’est vraiment le type de roman que tu lis quand tu veux passer un moment détente entre frisson et humour. Parce que, attention ! contrairement à son amie Bombardier, le duo Verney et Charcot ne nous transporte pas vers un polar blanc. Oh non ! Ils ont quand même affaire à de beaux psychopathes et faut parfois avoir le coeur bien accroché.

Mais moi, j’adore ça, et j’en redemande même !


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Comme toujours, tu peux te le fournir sur Amazon. En attendant, tu peux retrouver l’actualité de l’auteure sur son site internet ainsi que ses différents réseaux sociaux (Instagram, Twitter)

Et si tu succombes à ce roman, tu peux laisser ton avis sur Amazon, mais aussi sur Babelio. N’oublie pas, un commentaire, c’est un auteur et un lémurien sauvés !

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. À bientôt pour une prochaine lecture !

Le lien Amazon est affilié, ça me permet d’avoir une commission. En utilisant ce lien, tu soutiens mon travail et me permet de pouvoir investir dans de nouveaux projets !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *