Les Orphelins de l’Avent T.1 – Virginia Besson Robilliard

Afin de rendre mes chroniques toujours plus précises, j’ai décidé de créer un barème sur 100 points (merci les supers conseils de Tata Nexua !) afin de te donner une note plus détaillée. Tu peux retrouver la liste de mes différents critères ici.

En lisant le titre, tu dois te dire « Mais elle a pété un boulon ? Elle nous fait une lecture de Noël en Mars ! ». Je te répondrais tout d’abord que c’est pas beau de juger, comme ça ! Et ensuite, je fais ce que je veux. Surtout que finalement, ce roman il n’est pas uniquement réservé aux fêtes de fin d’année…


Style : Fantastique / Conte / Jeunesse

Date de publication : 2019

Points barème : 79,5/100


DE QUOI ÇA PARLE ?

Face et Pile sont deux orphelins. Deux noms bien originaux, mais il faut dire que ces jumeaux ont oublié depuis longtemps leurs prénoms de naissance ! Et puis, cela leur va comme un gant puisque l’un ne se trouve jamais sans l’autre. Ils partagent absolument tous et même leurs songes semblent rythmés par les mêmes ombres.

Tous deux rêvent toujours de ce même présage, celui qui les mènera vers leur prochaine aventure.

A tout juste douze ans, le frère et la soeur se retrouvent propulser dans un monde fantastique où un mystérieux homme les guidera tout au long de leur chemin. D’histoire en histoire, les jumeaux devront jouer leur rôle et gare à eux s’ils venaient à faire le moindre faux pas ! Une erreur et ils seront à jamais prisonniers de ce monde.

Parviendront-ils à s’échapper avant que Noël ne vienne ?

QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure pour sa confiance.

Le premier regard (11,5 points sur 15)

La couverture de ce premier tome est vraiment belle et détaillée. Là, aucun doute ! On sent l’ambiance féérique de Noël avec une petite touche de sombre. Et tout de suite, on pense aux contes. Quand je te parle de contes, je fais référence aux textes de base, ceux qui sont un poil sombre et pas du tout édulcorés par la magie Disney.

Et quand tu passes au résumé, tu restes dans la même ambiance. Le tout est vraiment cohérent et c’est un sans faute. Le seul petit point que je peux relever, c’est que tout ce premier contact est très axé sur Noël et ça peut peut-être refroidir si on se penche sur ce bouquin en été. Alors que… Bah, tu vas voir ça, mais je ne trouve pas que cette lecture soit exclusivement réservée à la période hivernale.

Alors, sinon, j’ai uniquement vu la version numérique, donc je ne sais pas si le point qui va suivre s’applique aux deux formats ou non. Il y a quelques petites erreurs de mise en page et quelques coquilles qui restent, mais venant de moi, ça serait vraiment très mal venu de juger ça, d’autant + que ce n’est pas gênant du tout. Ce ne sont pas des fautes qui vont te couper dans ta lecture ou t’agacer. Juste, l’auteure est humaine et de toute façon, la mise en page c’est toujours relou et prise de tête !

Ma lecture (55 points sur 70)

Des histoires dans le récit

Déjà, la structure de ce roman est très originale et c’est vraiment ce que j’ai apprécié. En réalité, tu ne suis pas vraiment les péripéties de Face et Pile. Enfin, si, mais non… Je t’ai perdu ? OK, je m’explique : En fait Face et Pile se retrouvent propulsés dans un monde fait de contes. Pour s’en échapper, ils devront jouer un rôle dans chacune des histoires.

Donc sur le papier : Oui, tu suis les aventures des jumeaux puisqu’ils sont le fil rouge qui relie les histoires entre elles. Mais au final, leur rôle est assez léger et on en apprend bien + sur les personnages des différentes histoires que sur eux. Est-ce un problème ? Pas du tout ! Justement, j’ai beaucoup aimé ce point.

Peut-être que certains n’apprécieront pas cela et trouveront que ces deux enfants ne sont pas assez développés dans le récit, mais ce n’est clairement pas mon cas. L’intérêt de ce roman, c’est vraiment chacun des contes qui y est raconté, donc finalement, Face et Pile… Désolée les amis, je vous aime bien, mais à mes yeux vous n’êtes pas les stars de ce roman !

Avec les Orphelins de l’Avent, j’ai eu l’impression de retomber en enfance et de lire ces bouquins de Noël où tu enchainais les petites histoires, une par jour, jusqu’au jour sacré du réveillon ! L’effet est vraiment réussi, d’autant plus que les histoires ne sont pas enfantines et s’adressent à un public jeunesse voir jeune adulte. Bref, un super moyen de retomber dans l’enfance sans sombrer dans le gnangnan !

Un style maitrisé

Pour le coup, tu retrouves vraiment les codes des contes. Mais genre VRAIMENT ! Les tournures de phrase, le rythme, l’intrigue, les personnages… Tout est là. Et le coup de maître de l’auteure, c’est de nous réunir tout cela sans jamais tombé dans le caricatural. Tu sais, parfois, à force de trop vouloir coller aux codes, tu ponds un truc artificiel à souhait et presque ridicule. Ici, pas du tout !

On y croit vraiment et à aucun moment on à l’impression que tout cela est forcé ou même codifié. Bref, tu te laisses porter par le récit et tu savoures.

Quand je disais que tu retrouves tous les codes, c’est que, bien entendu, tu as la princesse, le prince charmant, la malédiction ou le sort, la mauvaise belle-mère… Tout ça tu l’as ! Et pourtant… et pourtant tu as une certaine forme de modernité puisque ce n’est pas le prince charmant qui sauve la demoiselle en détresse. Sans être pour autant ultra féministes, les héroïnes savent tout de même se dépatouiller toutes seules et c’est plutôt appréciable.

A lire à Noël… mais pas que !

Alors, l’intrigue de base (celle de Face et Pile) est franchement axée Noël. Cependant, ce n’est pas le cas des contes, qui finalement représentent une grosse partie du récit. Donc, oui, la meilleur période pour lire ce roman, c’est définitivement un soir d’hiver sous ton plaid. Mais, vois-tu, moi je l’ai lu en février (on est en Mars, je sais, mais je sors mes chroniques quand je veux, OK ?) et j’ai pas senti de décalage.

Et cette année, on a eu un mois de février chaud ! Enfin, en tout cas, il y avait du soleil et des oiseaux qui chantaient pendant que j’ai lu ce roman et j’en ai pas fait un AVC.

Je comprends le choix de l’auteure. De toute façon, la période de Noël fait vraiment partie de l’intrigue donc c’est normal d’axer la communication autour de ça. C’est juste vraiment dommage si un lecteur passe à côté de ce roman tout simplement parce qu’il pense que ce n’est pas la bonne période pour le lire !

l’après-lecture (13 points sur 15)

Franchement, très bonne surprise ! Moi qui adore l’horreur, le trash etc… Bah ça faisait du bien cette petite parenthèse, d’autant + qu’il y a tout de même une petite part sombre. En fait, comme les contes de Grimms ou Andersen.

Pour ma part, c’est vraiment une lecture que j’ai apprécié et je ne lui ferai que ce reproche : trop court ! Le roman est vraiment petit et l’auteure aurait pu aisément ajouter un ou deux autres contes. D’ailleurs, une suite est prévue ! A mes yeux, il faudrait d’autres histoires en + parce qu’on a pas envie de quitter la plume de l’auteure. C’est limite du sadisme de nous en offrir qu’un échantillon !

C’est bon. C’est décidé. Je vais monter une pétition pour que l’auteure rajoute des histoires dans chaque tome ! Non, + sérieusement, j’aurais adoré que le roman aille sur les 200 pages, MINIMUM. Il n’y a pas de longueur et on ne voit pas défiler les pages.


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

Oui, forcément, oui ! C’est un roman que je recommande vraiment pour un public pré-ado jusqu’à jeune adulte. Personnellement, je commence à quitter le public « jeune adulte » (la trentaine commence à me frôler du bout des doigts…) et j’ai tout de même vraiment apprécié. Le travail d’un chroniqueur est de juger un roman en fonction du public ciblé et non de ses propres goûts. Bah, même en jugeant avec mes propres goûts, je peux dire que j’ai vraiment apprécié ce roman et ça aurait tout à fait pu être une lecture perso.

Bon, après dire qu’il correspond à un public 30-40ans… Là je dirais que ça dépend de tes goûts. Peut-être pas, sauf si, justement, tu recherches une certaine nostalgie de tes lectures d’enfance !


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Comme toujours, je te mets le lien pour te fournir le roman sur Amazon. Tu peux également suivre l’auteure sur son site ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter).

Et si tu succombes à ce roman, tu peux laisser ton avis sur Amazon, mais aussi sur Babelio. N’oublie pas, un commentaire, c’est un auteur et un lémurien sauvés !

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. À bientôt pour une prochaine lecture !

Le lien Amazon est affilié, ça me permet d’avoir une commission. En utilisant ce lien, tu soutiens mon travail et me permet de pouvoir investir dans de nouveaux projets !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *