Publié dans Service presse

Blind (T.2 de la trilogie des Singes de la Bêtise) – Joseph Kochmann

Afin de rendre mes chroniques toujours plus précises, j’ai décidé de créer un barème sur 100 points (merci les supers conseils de Tata Nexua !) afin de te donner une note plus détaillée. Tu peux retrouver la liste de mes différents critères ici.

Aujourd’hui on retrouve pour la deuxième fois sur ce blog Joseph Kochmann. Alors, pas de panique si tu n’as pas lu le tome 1 de la trilogie parce que chaque opus peut être découvert indépendamment. Mais si tu veux commencer dans l’ordre, tu peux retrouver ma première chronique sur Mute ici.


Style : Fantastique / Polar / Horreur

Date de republication : 2020

Points barème : 81/100


DE QUOI ÇA PARLE ?

Depuis peu, d’étranges phénomènes sévissent sur la ville d’Orshen. Ça a d’abord commencé par le massacre de six adolescents, puis par la disparition d’une jeune fille au cheveux bleu… Un mal ronge la petite ville pourtant si paisible en apparence.

Et au milieu de tout ce bordel, il y a Johan, un jeune homme de 16ans. Durant ses rêves, il semble atterrir au sein d’un mystérieux tribunal orchestré par un monstrueux aveugle nommé Blind. Chaque nuit commence alors un nouveau jugement à l’issue duquel le coupable sera condamné… à la peine capitale !

Johan et ses amis arriveront-ils à déjouer les forces obscures qui s’emparent de leur ville ? Résoudront-ils ce mystère ?

QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur pour sa confiance renouvelée !

Le premier regard ( 13,5 points sur 15)

Bon, alors cette couverture ? Je l’aime beaucoup, c’est un fait ! Elle colle très bien avec celle du tome 1 et mises ensemble, tu comprends tout de suite qu’il s’agit d’une trilogie (ou du moins d’une saga). Bref, un très bon point ! En plus de cela, si tu as vu ma vidéo sur cette trilogie, tu sais que chaque tome a sa couleur et ici c’est bien entendu le bleu. En fait, avec Joseph Kochmann, dès la couverture tu retrouves des petits indices et ça c’est génial.

Le seul point que je pourrais lui reprocher, c’est peut-être que le côté trop sombre des couleurs qui ne rend pas forcément super bien à l’écran. Mais n’ayant pas la version papier, je ne peux pas dire ce qu’il en est pour le broché.

Au résumé, maintenant : Bah, il résume très bien ! Non, vraiment, tu comprends tout de suite l’univers, les tenants et les aboutissants. Tu sais que contrairement au premier tome, le côté « enquête » du roman risque d’être + important. Bref, pas de fausse promesse ou de présentation trop vague. Un seul petit point : Tu peux penser que le roman vise un public ado, mais pas du tout ! Au contraire, il est assez sombre et ne doit peut-être pas être laissé entre les mains des plus jeunes.

Ma lecture ( 55 points sur 70)

L’inspiration japonaise

Dans ma chronique du tome 1, je te parlais de l’inspiration cinématographique de l’auteur. Je trouvais qu’il répondait à pas mal de codes du grand écran et utilisait des effets qu’on ne voyait pas forcément dans un roman (comme le fait de couper une scène en pleine action pour voir le point de vue d’un autre personnage ailleurs, puis alterner les deux visions). Ici, on retrouve moins cette influence.

Non, ce qu’on retrouve par contre, c’est en effet la culture japonaise, que ce soit à travers les codes des jeux vidéos (je fais confiance à l’auteur sur ce point, parce que personnellement j’ai 0 culture là-dessus), mais aussi des animés ou des mangas (là, je connais un peu + !). L’auteur m’avait bien parlé de son amour pour la culture nippone, mais je ne trouvais pas forcément que cela transparaissait dans Mute. Avec Blind, je n’ai plus aucun doute ! Que ce soit dans la réaction volontairement exagérée des personnages, leur personnalités parfois caricaturales ou la violence saisissante, on retrouve bien le genre.

Quand je te parle de réaction exagérée ou de personnalité caricaturale, ce n’est pas une critique car c’est clairement le but recherché ! Lorsque tu regardes un animé, tu ne cries pas au scandale parce qu’un mec fait un saut de 8m de haut et reste suspendu dans les airs durant 1 minute : En te lançant dans un animé, tu savais que ça faisait partie du deal. Bah là c’est pareil ! Tous ces éléments n’enlèvent aucune crédibilité au roman puisque c’était déjà écrit dans le contrat.

En +, ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est que ce trait n’est pas non plus usé jusqu’au bout. L’auteur a réussi à mélanger à la fois les codes européens et ceux asiatiques afin de nous offrir un roman qui change, sans pour autant trop nous déstabiliser.

Une enquête fantastique !

Alors, en intro, je te définissais ce bouquin comme étant du fantastique, polar, horreur… Ouais, ça fait beaucoup de genres ! Mais que veux-tu ? l’auteur a vraiment mélangé plein de style et ce qui est super c’est que chacun se retrouve bien. Dans Mute, il y avait une petite pointe thriller, mais ça restait léger je trouve. L’horreur était bien + mis en avant finalement.

Eh bien, avec Blind, c’est plutôt le polar qui est à l’honneur. Il y a plusieurs enquêtes et comme tout bon roman de détection, tu peux glaner les indices à droite à gauche. Tu peux toi-même essayer de trouver le meurtrier. En fait, tout le roman est bourré d’indices, que ce soit en rapport avec chacune des enquêtes, avec l’intrigue principale, mais même avec le tome 1.

Oui, je te disais que les tomes pouvaient être lus séparément, mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a pas de lien entre eux ! Très honnêtement, j’ai passé toute ma lecture à me retourner le cerveau pour chercher la moindre piste. Et même si je pense que je me suis inventé une montagne de faux-indices, je crois bien que j’ai réussi à saisir une grande majorité des clins d’oeil.

Un deuxième tome + mature

Le tome 1 était bien + imprégné horreur et très viscérale. On sentait toute la rage de vivre de l’auteur et cette incompréhension dévorante qu’il avait à l’époque face à la vie. Dans ce tome 2, on dirait que ses démons se sont un peu apaisés, ou alors, peut-être est-il moins en colère.

Il faut dire que chaque tome présente un triangle amoureux identique : Une jeune fille intelligente, un jeune garçon courageux et altruiste, puis une troisième personne écorchée vif. Le tome 1 mettait vraiment en avant cette âme torturée alors que Blind est + centré sur le jeune héro altruiste. Je pense que cela explique en grande partie le changement de ton entre les deux opus.

Je disais que ce roman était + mature que son prédécesseur et ce, également niveau écriture. Je trouve que la plume de l’auteur a évolué entre les deux et a gagné en assurance. En tout cas, Joseph Kochmann est comme le bon vin : Il se bonifie avec le temps.

L’après-lecture ( 12,5 points sur 15)

Je crois que je n’ai jamais été aussi investie dans une enquête ! Habituellement, je suis plutôt le genre de lectrice à me laisser porter par le récit et à ignorer volontairement les indices pour être surprise à la fin. Mais là, je ne pouvais pas ! Je pouvais pas parce que l’auteur a vraiment réfléchi à tout et il te fait des clins d’oeil partout donc lire en ignorant tout ça… bah, ça perd de son intérêt !

A la fin du roman, j’avais le cerveau en feu d’avoir autant travaillé et c’était satisfaisant. Pourquoi ? Eh bien parce que si j’ai en effet réussi à glaner deux ou trois trucs, je dois bien avouer que j’étais loin du compte, donc la fin m’a vraiment surprise. Pourtant, lorsque Joseph Kochmann nous apporte les réponses, on trouve ça ultra cohérent.

Bon, par contre, les révélations finales… Il y en a énormément ! Tu les enchaines les unes après les autres. Je n’en voyais plus le bout. Alors, je ne dis pas qu’il y en a trop, mais par contre, faut être concentré pour lire la fin sinon tu risques de passer à côté d’un truc. Si tu te dis « Allez, je torche les 30 dernières pages dans le métro avant d’aller au taff ! », tu as tout faux. C’est vraiment une fin qu’il faut prendre le temps d’analyser. J’ai pas honte de le dire, je suis même revenue en arrière parfois !


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

J’avais déjà beaucoup aimé le tome 1, mais là on gagne en qualité encore. Je ne peux que te recommander ce roman, surtout si le côté « code des animés » t’intrigue. Alors, par contre, qu’on soit d’accord, ça ne parle pas du Japon, ça reprend seulement les code du genre.

Si tu n’as pas lu le tome 1, tu peux quand même lire celui là. Bien entendu, je te recommande de commencer par le commencement, mais après, si tu es un petit rebelle ou que l’horreur de Mute te fait trop peur, tu peux passer directement à Blind.


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Comme toujours, je te mets le lien pour te fournir le roman sur Amazon, mais également sur le site de la maison d’édition. Tu peux également suivre l’auteur sur son site ou sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram).

Et si tu succombes à ce roman, tu peux laisser ton avis sur Amazon, mais aussi sur Babelio. N’oublie pas, un commentaire, c’est un auteur sauvé !

Le lien Amazon est affilié, ça me permet d’avoir une commission. En utilisant ce lien, tu soutiens mon travail et me permet de pouvoir investir dans de nouveaux projets !

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. N’hésite pas à laisser ton avis sur la question. Si tu veux que j’aborde un sujet particulier, note-le en commentaire et je me ferais un plaisir d’en faire un article. À bientôt pour une prochaine lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *