Publié dans Service presse

La Couleur des Nébuleuses – Amandine Peter

Et on continue ce mois dédié à la SF dans les étoiles avec ce roman d’Amandine Peter. Alors, enfile ta combinaison et rejoins-moi pour cette aventure.


Style : Space Opera

Date de publication : 2020

Note : 5 sur 5.

DE QUOI ÇA PARLE ?

200 ans se sont écoulés depuis l’apparition des Nébuleuses et celle de la vie dans la galaxie. L’humanité n’est désormais plus seule et c’est entourée des autres espèces extraterrestres qu’elle a développé un nouvel ordre intergalactique : Le Nébularium.

Cet organisme religieux et bienveillant assure la pérennité de la Galaxie jusqu’au jour où une prophétie apparait. Propulsée par les Profanes, elle pourrait remettre en question la fragile paix établie.

Suite à l’attaque de son temple, la jeune fidèle Ani se trouve piègée au milieu de cette prophétie qui semble liée à son passé. Entre danger, complots et trahisons, elle devra traverser la galaxie à la recherche de la vérité. Parviendra-t-elle à sauver les Nébuleuses ?

QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Alors, déjà, un Space Opera, qu’est-ce que c’est ? Non, c’est pas une comédie musicale teintée d’une touche de Marijuana. En fait, ça regroupe tous les romans dont l’action est intergalactique. En gros, tu l’as compris, aujourd’hui on parle vaisseaux spatiaux.

Je le répète souvent, mais en 2020 j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et de découvrir des registres et des styles qui ne sont pas du tout les miens. Alors parfois je prends énormément de risque comme j’ai pu le faire avec La Couleur des Nébuleuses. Parce qu’à la base, la SF intergalactique, c’est pas vraiment mon truc. Je n’avais jamais lu de Space Opera et ça ne m’avait jamais attirée. Eh bien, quelle erreur j’aurais pu faire en passant à côté de cette merveille ! Oh, mais tu n’imagines même pas. Je suis tellement heureuse d’avoir pris cette décision. Je ne dis pas que maintenant je vais me lancer corps et âme dans le Sapce Opera, je reste persuadée que ce n’est pas mon style. Mais ce roman… Ce roman m’a vraiment fait aimer le registre le temps d’une histoire ! Je pense sincèrement qu’Amandine Peter est et sera une des seuls auteurs capables de me faire apprécier une lecture dans ce genre. Me faire apprécier ? Que dis-je ? Me faire adorer !

Alors, qu’y a-t-il chez elle de si spécial ? Il n’y a pas qu’un seul élément qui m’a plu, alors pour la première fois, je vais aller jusqu’à créer des sous-divisions dans ma chronique afin que tu puisses suivre correctement.

L’univers

Je dirais que c’est d’abord un tout. C’est son univers qui a su me bouleverser. Il est très bien travaillé et détaillé. Je sais, ce n’est pas la première fois que je te dis ça, mais là, on est vraiment sur un boulot de malade. Chaque planète comporte son atmosphère, sa faune, sa flore, ses coutumes.

Les lois, l’Histoire et les mœurs ont été pensées. On est vraiment sur un monde créé de toutes pièces et c’est incroyable. J’ai vraiment du mal à imaginer qu’une personne seule soit capable de construire tout ceci et surtout de le rendre aussi crédible.

Le monde créé par Amandine Peter est magnifique. Tant par sa beauté physique et sa diversité que par son ambiance. Sur le papier, le Nébularium a imposé une société ouverte et accueillante. Ses principes sont tellement forts et représentent tout ce que, personnellement, j’espère pour l’avenir de l’humanité. Ainsi, Amandine Peter nous offre un monde où le genre, l’orientation sexuelle, la couleur de peau, l’espèce et tout autre élément ne sont qu’un détail. Tous sont égaux. Mais surtout, tous sont représentés dans son roman et ça fait chaud au cœur !

Je vais te donner un exemple pour que tu comprennes. Dans une scène, Ani attend près des toilettes et un individu lui demande « Mâle, femelle ou non-binaire ? » … Cette information est balancée comme ça, sans en faire tout un foin. L’auteure nous montre par ce petit détail que le troisième sexe existe et qu’il n’est pas moins ordinaire que ses deux autres frangins ! Et j’adore. J’adore le fait de normaliser tout ceci dans la littérature. C’est comme cela que les gens prendront conscience que ce n’est pas une différence, mais simplement une autre possibilité.

De même, comme je te disais, dans l’univers d’Amandine Peter, il n’y a pas de distinction entre les espèces, qu’elles soient dotées d’une intelligence identique à celle des humains ou non. Ainsi, tous sont végétariens puisqu’on ne peut décider de la vie d’un autre être. C’est peut-être qu’un détail pour toi, mais pour la vegan que je suis ça veut dire beaucoup ! (et maintenant tu as la chanson en tête. Ne me remercie pas !)

Pour aller plus loin, je dirais même que les personnages « animaux » sont tout aussi importants et développés que les personnages à l’intelligence « humaine ». Bref, une vraie égalité naturelle et pas du tout forcée. C’est rafraichissant et ça donne de l’espoir pour notre monde à nous.

Bon, après, bien entendu, ça c’est sur le papier et Ani va vite se rendre compte que ce principe n’est pas toujours respecté, mais je te laisse découvrir tout ça par toi-même.

Finalement, je dirai que l’univers créé par Amandine Peter prend une telle importance qu’il dépasse l’intrigue même. Une fois la saga terminée, elle pourra largement créer d’autres péripéties autour de ce même monde et je pense que je serai la première à en redemander.

Le style

Ce qui sert beaucoup cet univers, c’est également le style et la plume de l’auteure. Elle est très douée pour réaliser des descriptions. C’est simple, je ne pleure pas pendant mes lectures ou si je le fais, c’est à de rares occasions, arrivée à la fin du roman. Je n’ai pas envie de quitter les personnages et ça me rend triste. Mais là, Amandine Peter a réussi un exploit : J’ai pleuré devant la beauté d’une scène. Oui, j’ai pleuré face à la description physique d’un élément. Alors, pour des raisons évidentes de spoil, je ne vais pas te dire ce qui m’a touchée, mais une simple description visuelle a su me tirer les larmes. Je ne sais pas si tu te rends compte de la puissance de sa plume !

Amandine Peter sait prendre son temps, elle sait nous immerger dans son monde et nous le faire vivre à 100%. J’ai beaucoup de mal avec l’imaginaire pur, je suis quelqu’un de très rationnel et pourtant, elle a totalement su me transporter. Je voyais littéralement chacune des planètes prendre vie devant moi.

Les personnages

Une autre point où Amandine Peter excelle. (Il va falloir qu’elle arrête d’être douée, ça va finir par être agaçant !) Qu’est-ce que je peux dire sur ses personnages ? Ils sont très attachants, même au début alors qu’ils ne sont pas encore vraiment développés. Ils sont vraiment distincts les uns des autres, ils ont une histoire, un caractère. Bref, ils sont parfaits !

Ce que j’ai beaucoup aimé également, c’est qu’il n’y a pas de méchants et de gentils. Chacun possède sa part d’ombre et de lumière. On retrouve la même chose chez les différents ordres (Nébularium et Profanes). Il y a une vraie complexité et surtout, on se rend compte qu’il y a toujours plusieurs visions à une même histoire.

Le seul petit détail que j’ai noté durant ma lecture repose sur Ani. Je la trouvais un peu émotionnellement anesthésiée au début du roman et cela me gênait. Mais en continuant ma lecture, je me suis rendue compte que ce détail était en réalité tout a fait justifié. Au contraire, il a même pris tout son sens !

Une ambiance décalée

Ce roman possède également une ambiance bien à lui. Entre humour, réflexions décalées et personnages atypiques, il sort réellement du lot. On peut passer du sérieux au rire en quelques lignes. Je trouve que l’auteure sait très bien jongler avec nos sentiments et la bande de masos que nous sommes en redemande encore et toujours.

Non, ce roman ne m’a clairement pas laissée indifférente, et pourtant, je ne l’ai vraiment pas lu dans les meilleures conditions. J’étais stressée par la sortie de mon propre roman, par la préparation de mon premier salon. J’étais épuisée par une semaine surchargée (je ne compte pas le nombre de soirs où j’ai débauché à 23h cette semaine-là…) et des nuits de quatre heures… Et pourtant, je ne décrochais jamais lorsque je le lisais. J’étais toujours à fond dans ma lecture et je la savourais.


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

C’est bien plus qu’une pépite à mes yeux. Je n’ai pas peur d’exagérer en disant que je place ce roman dans la catégorie des livres iconiques. Si je devais faire une liste des romans à lire avant de mourir, je le noterais directement dessus.

Encore une fois, le Space Opera n’est pas mon style et même après cette lecture, je le confirme, ce n’est pas un genre qui m’attire. Et pourtant j’adore la Couleur des Nébuleuses et j’ai de tout cœur envie de découvrir les autres romans d’Amandine Peter. Si un livre est capable de te faire aimer un genre qui te laisse habituellement de marbre, à mes yeux, c’est un chef-d’œuvre. Je sais que ces mots peuvent sembler lourds de sens et exagérés, mais c’est vraiment le sentiment que j’en tire. Je suis consciente de ce que je viens d’écrire et je l’assume totalement. La Couleur des Nébuleuses est un chef-d’œuvre.


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Déjà, tu peux te le fournir sur Amazon. En attendant, tu peux retrouver son actualité sur ses différents réseaux sociaux (Instagram, Facebook) mais aussi sur son site Internet.

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. N’hésite pas à laisser ton avis sur la question. Si tu veux que j’aborde un sujet particulier, note-le en commentaire et je me ferais un plaisir d’en faire un article. À bientôt pour une prochaine lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *