Publié dans Service presse

Prison Bank Water – G.Saryan

Je sais, je sais ! Le mois de septembre est dédié au fantastique et je te présente aujourd’hui un thriller. Mais ne t’en fais pas, cette petite exception à la règle vaut largement le coup, crois-moi !

Si je te dis « complot politico-militaire », « virus », « arme chimique » et « prison » est-ce que tu ne sens pas venir l’intrigue à rebondissements ? Laisse-moi t’embarquer dans ce roman à suspens et tu me diras après si ce petit détour n’en valait pas la peine, finalement !


Style : Thriller

Date de publication : 2020

Note : 4 sur 5.

DE QUOI ÇA PARLE ?

Le monde va au plus mal. La crise est omniprésente et le gouvernement américain s’évertue à contenir la violence de la population. Une seule solution s’offre alors : réquisitionner les anciennes plateformes pétrolières pour en faire des prisons sous-marines d’un nouveau genre.

Enfermés à plus de deux cents mètres de profondeur, les plus grands criminels du pays y purgent alors leurs peines sans aucune chance de s’en échapper.

C’est dans ce lieu clôt et à l’abri des regards, que le médecin Bradley Cayne descend pour une dernière mission de six mois. Après cela, il raccroche son uniforme et fini l’armée ! Oui, mais… Dès les premiers jours, le comportement de chacun éveille ses soupçons. D’où vient cette soudaine violence chez les prisonniers ? Quel est ce virus qui semble se propager entre eux ? Et surtout, sont-ils tous en danger ?


QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Je vais commencer ma chronique par le premier point positif que j’ai trouvé à ce roman, à savoir son suspens. Alors oui, pour un thriller, le suspens est un peu l’ingrédient essentiel. Mais ici, il n’est pas seulement bon, il est excellent ! C’est simple, assez rapidement, on connait plus ou moins les acteurs du complot et leurs motivations. Il n’y a donc aucune tension à découvrir qui se cache derrière le virus et cela handicaperait lourdement n’importe quel roman. Pas ici ! Que nenni ! Ici, le suspens se concentre sur le médecin et sa capacité à alerter sur l’évolution du virus. Et là, forcément, tu ne peux pas prévoir l’issue finale. Le suspens reste donc entier et complet du début jusqu’à la fin.

Mais cela ne suffit pas. C’est qu’il faut nous garder captif durant ces 550 pages ! Et bien l’auteur y arrive à merveille grâce à une succession de scènes d’action et de combats dignes des plus grands films hollywoodiens. On sent d’ailleurs dans l’écriture une forte inspiration de ce genre cinématographique et ce roman gagnerait à être adapté.

Du suspens, de l’action. Tu l’auras compris, ce roman tient un rythme savamment étudié. Il arrive à doser tout cela de façon si précise qu’on ne peut lui reprocher aucune erreur dans ce domaine. Il n’y a pas un seul temps mort et parallèlement, l’auteur sait nous offrir des moments de pause où l’on peut respirer entre deux actions. Bref, ce roman sait quand appuyer sur l’accélérateur et quand ralentir pour ménager nos nerfs.

Un autre point qui vient vraiment aider le rythme : la découpe des chapitres. Un peu comme le dernier roman que je t’ai présenté, ici, chaque chapitre est fragmenté et illustre la vision de différents protagonistes, aussi bien des personnes subissant le virus, que celles à l’origine du complot. Et c’est ça qui crée un vrai suspens. On est au courant des plans de chacun et il ne nous reste plus qu’à voir la bombe exploser sous nos yeux. Je dirais que c’est même dans cet élément que réside toute la tension du roman.

Mais parlons un peu des personnages maintenant. Chacun est extrêmement bien développé et crédible. Ils ont leur psychologie individuelle, leur histoire, leur réaction et le tout donne un ensemble cohérent. Leur complexité sert parfaitement l’intrigue et chacun vient apporter sa pierre à l’édifice. Entre une intrigue bien ficelée et des personnages aux petits oignons, ce thriller nous offre une vision vraissemblable et sans faux-pas d’un potentiel futur. On y croit à 100%.

… Sauf que… Bon, il fallait bien un point négatif, sinon tu aurais cru que j’étais soudoyée pour écrire ces mots ! Il y a bien eu deux éléments qui m’ont gênée dans ma lecture, mais encore, c’est minime.

J’ai eu un peu de mal avec la crédibilité de l’action. Oui, j’ai dit que le thriller était plausible, mais je parlais du côté médicale et complotiste de l’intrigue. Pour ce qui est de l’action… Encore une fois, c’est très hollywoodien, donc forcément, on a des rebondissements extraordinaires, des actions grandioses… On ne peut pas dire que ça soit choquant puisque le roman remplit largement son contrat de ce côté-là. C’est juste que parfois, on a tout de même l’impression que le personnage principal possède une sacrée chance de cocu ! Tout le monde semble toujours tomber comme des mouches autour de lui, mais il s’en sort in extremis (au poil de fesse même, si tu me permets cette vulgarité !). Finalement, ce n’est pas non plus totalement un point négatif. Personnellement, je l’ai presque vu comme une caricature du genre et je lui ai vite accordé un aspect « comique ». Je ne suis pas sûre que ce soit le but premier de l’auteur, mais pour ma part j’ai presque fini par aimé ce côté un peu « gros » de l’intrigue et à en tirer beaucoup d’ironie.

L’autre point que je soulèverai repose uniquement sur le premier chapitre : le stéréotype de la famille américaine parfaite. Une belle femme. Deux enfants adorable. Le chien. Le chat. La belle maison. La super carrière. Bref, le tableau parfait des films hollywoodiens (je t’ai dit que le thriller s’en inspirait beaucoup !). Tu as tous les ingrédients possibles et, si certains aiment ce type de représentation, pour ma part c’est source d’angoisse ! Et oui, le parfait m’angoisse. Que veux-tu, je suis bizarre. Alors au début, j’ai un peu grincé des dents devant ces effluves d’amour et de bonheur, mais très vite, Monsieur fait ses bagages et direction la prison pour sa dernière mission. Du coup, je n’ai plus eu de problème avec ce point !

Tu l’auras compris : même mes points négatifs sont… positifs !


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

Bon, malgré ces deux petits éléments, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Il faut savoir que j’ai eu un soucis avec la Poste et que le roman est arrivé très en retard. Il me restait peu de temps pour le lire et rendre ma chronique dans les délais. Bref, un vrai stress ! Le thriller fait tout de même 550 pages.

Et bien, je ne les ai pas vu défiler et je l’ai tout simplement dévoré. Il se lit extrêmement bien et facilement. Je ne vais pas te refaire le topo, mais vraiment ce livre est captivant.

Si tu aimes l’action, les complots et le suspens, saute sur ce roman ! Et puis, si le côté hollywoodien te freine, sache que je DETESTE ce genre en film, mais ici, j’ai vraiment beaucoup aimé. Comme je te l’ai dit, j’ai vu de l’ironie dans tous ces codes respectés à la lettre et finalement, j’ai adoré me laisser porter par l’histoire.


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Déjà, tu peux te le fournir sur Amazon. Tu peux également retrouver l’actualité de l’auteur sur ses différents réseaux sociaux (Facebook, Babelio, Instagram, Youtube)

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. N’hésite pas à laisser ton avis sur la question. Si tu veux que j’aborde un sujet particulier, note-le en commentaire et je me ferais un plaisir d’en faire un article. À bientôt pour une prochaine lecture !

Un commentaire sur « Prison Bank Water – G.Saryan »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *