Publié dans Service presse

Mute – Joseph Kochmann

Comme tu le sais maintenant, le mois de septembre est sous le signe du fantastique sur ce blog. Mais qui dit fantastique, ne dit pas forcément licornes et lutins ! Non, ici je vais de présenter la partie sombre du genre, celle qui frise presque avec l’horreur.

Alors laisse-moi te parler du premier tome de la saga de Joseph Kochmann !


Style : Fantastique / Horreur

Réédité en 2019

Note : 4 sur 5.

DE QUOI ÇA PARLE ?

Mute n’est que présent. Il n’a pas de passé et pour ce qui est de son avenir, rien ne le désintéresse plus. Ce n’est pas qu’il soit défaitiste, non ! Mute n’est juste pas. Il se contente de vivre l’instant présent sans se poser de question.

Ainsi, il n’en a que faire de ce désert sans fin qu’il semble traverser depuis toujours. De ce lycée isolé de tout. De ces élèves qui disparaissent sans laisser de traces. De ces sentinelles qui rodent le soir venu dans les couloirs de l’établissement. De ce proviseur dont le système de punitions semble extrême. De ces créatures à la faim dévorante. Non, vraiment, Mute se sent étranger à tout cela.

Heureusement, Antoine et ses amis ne comptent pas rester les bras croisés. Ils sont bien déterminés à découvrir ce qui se cache derrière tous ces mystères, quitte à risquer leurs vies.


QU’EST-CE QUE J’EN AI PENSÉ ?

Mon avis sur le roman a beaucoup évolué durant ma lecture.

Tout d’abord, j’ai adoré son rythme dynamique. Les parties sont assez courtes et au sein d’un même chapitre on passe du point de vue d’un personnage à un autre. C’est un effet que j’ai rarement vu dans un roman et qui pourtant apporte un vrai + dans le système narratif. On assiste à une même scène sous différents angles et cela permet à l’auteur de créer un suspens. Cette technique est extrêmement bien utilisée pour faire monter la pression et elle te rendra dingue ! Je me suis fait avoir plus d’une fois : j’étais imprégnée dans l’action, j’attendais la suite et d’un coup, la narration changeait et me coupait dans mon élan. On est habitué à ce genre d’effet dans les films ou séries, mais assez peu finalement dans les romans.

L’action est omniprésente. On ne s’ennuie pas un seul instant tant tout éclate de toutes parts. Bien entendu, il y a de nombreuses scènes trash comme on les aime, mais pas que. Ce n’est pas seulement un enchainement de morts ou de tortures. Chaque scène est, je trouve, justifiée et apporte un vrai plus à l’intrigue.

Pourtant, j’ai parfois eu du mal à rester concentrée pendant ma lecture. Comme je le disais, ce roman bouge énormément et ce n’est donc pas du tout par ennui qu’il m’arrivait de décrocher. Au contraire : c’était à cause d’un trop plein d’informations. Il se passe tant de choses dans ce roman et il manque parfois quelques passages de « calme » qui nous permettraient de souffler et de digérer ce que l’on vient de lire. Ici, tout s’enchaine très vite et nous allons de rebondissement en rebondissement. C’est très agréable la plupart du temps mais parfois, on a besoin d’une petite pause.

Je disais plus haut que mon avis avait changé durant ma lecture. En effet, j’ai été tout de suite séduite par le côté explosif du roman, mais très vite j’ai ressenti ce besoin de souffler. Pourtant, arrivée à la moitié du roman, l’auteur a su me rattraper au vol et je ne sais pas si c’est le rythme qui ralentit légèrement ou tout simplement si je me suis habituée à cette cadence infernale, mais j’ai de nouveau été happée par le récit.

Dès la moitié du roman, les premiers dénouements arrivent et l’on pourrait penser que, le voile étant tombé, on se lasserait ensuite. Mais pas du tout ! La suite est une succession de révélations et chaque morceau du puzzle vient s’emboiter pour former le tout. Lorsque l’on observe le tableau final, on est époustouflé par la profondeur de l’histoire sans pour autant la trouver complexe ou tirée par les cheveux.

Il y a une vraie réflexion sur la nature humaine et sur l’impact de chacun dans la vie des autres. Chaque personnage représente, à mes yeux, un trait de personnalité particulier d’un individu et mis tous ensemble, ils forment un tout, un être à la fois complexe et contradictoire, un peu comme l’est tout être humain.

Ici, on parle également du sens de la vie et de la mort. Le roman est bien plus poussé qu’on ne pourrait le penser au premier coup d’œil. On se questionne sur la rédemption, sur le sens de la justice, mais également sur le sens du devoir moral. Bref, c’est le roman idéal pour les écorchés vifs, ceux qui vivent passionnément, ceux qui ressentent cette faim dévorante au fond de leur ventre. Cette faim de vivre. Cette faim de ressentir.


PÉPITE OU PAS PÉPITE ?

Pour ma part, je ne peux que te conseiller de le lire. Ce n’est pas un coup de cœur total puisque j’ai légèrement décroché durant quelques pages, mais rien que pour la qualité de la deuxième partie du roman, je le considère comme une vraie pépite !

Attention tout de même, c’est un livre que l’auteur a écrit avec ses tripes et on y ressent de plein fouet toutes ses angoisses et ses tourments. Personnellement, j’adore ce genre de lecture qui te retourne l’estomac tant les émotions y sont puissantes mais si tu es du genre sensible, ce roman n’est peut-être pas fait pour toi. Il est si sincère et entier qu’il peut facilement perturber le lecteur.

Par contre, si comme moi, tu aimes les lectures qui bousculent, n’hésite même pas, il est fait pour toi !


OÙ TROUVER LE ROMAN ?

Déjà, tu peux te le fournir sur Amazon. Tu peux également retrouver l’actualité de l’auteur sur son site Internet ou encore en le suivant sur ses différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Youtube)

Voilà, j’espère que cela t’aura plu. N’hésite pas à laisser ton avis sur la question. Si tu veux que j’aborde un sujet particulier, note-le en commentaire et je me ferais un plaisir d’en faire un article. À bientôt pour une prochaine lecture !

Un commentaire sur « Mute – Joseph Kochmann »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *